2ème Rencontre du « Réseau National de Professionnels REACT » – 18 juin 2022

par | Juil 5, 2022 | rencontre pro | 0 commentaires

Suite aux retours très positifs au sujet de la 1ère Rencontre du « Réseau National de Professionnels R.E.A.C.T » qui s’est tenue en 2021, nous avons organisé cette année, le 18 juin 2022, la 2ème « Rencontre de notre Réseau National de Professionnels ».

Comme vous le savez peut-être, l’objectif de la création de ce réseau est double :

🔹️ D’une part, répondre à la demande de certains professionnels qui nous ont fait part de leur souhait de se mettre en relation avec d’autres professionnels intéressés par notre problématique et ce, afin d’avancer ensemble de façon plus efficace ;

🔹️ D’autre part, soutenir nos familles adhérentes dans leur recherche de solutions et pouvoir les orienter vers des professionnels formés ;

Nous tenons à remercier chaleureusement les 5 intervenant(e)s pour leur soutien lors de l’organisation de cette édition 2022.

Retrouvez ici le replay des différentes interventions

 

 

Intervention du Pr Mario Speranza :

“La place des parents dans la psychiatrie de

l’enfant et l’adolescent”

Le Pr Mario Speranza est psychiatre au CHU de Versailles.

Il nous décrit l’évolution que l’on peut observer en pédopsychiatrie.

 

A l’origine, les parents étaient considérés comme responsables des troubles de l’enfant (exemple des “mères réfrigérateurs”, responsables de l’autisme de leur enfant). L’institution se substituait aux parents après leur éviction, et les soins consistaient en une réparation.

 

Dans un deuxième temps, la famille a été prise en charge mais toujours dans l’idée d’un lien pathologique entre les parents et l’enfant. 

 

On prend désormais peu à peu conscience du fait qu’il faut changer de paradigme :

 

  • les parents ont une expertise du trouble, du fait de leur expérience pathique (pathique : ce qu’on éprouve),
  • le problème est le système relationnel créé par les symptômes (circularité) : le patient ne peut changer de comportement que si les autres membres changent aussi de comportement,
  • il faut repenser la place de la famille dans les soins car on ne peut pas faire sans elle, il faut donc faire un travail collaboratif entre l’institution et les parents, et alléger leur culpabilité